Styx : Shards of Darkness mon test du jeu

Styx n’a pas beaucoup changé, toujours aussi petit, vert et même bien plus sournois qu’auparavant. Mais il continue de faire plaisir aux aficionados comme moi qui ne se lassent pas de voir cet assassin court sur pattes, tromper tout le monde avec ses mauvais tours. Après une première version assez courte (à mon avis) en 2014, Styx nous revient avec une suite nettement plus améliorée. Si l’attachant antihéros à capuche reste assez faible au combat direct, il nous démontre ici qu’il possède de nombreux autres talents dont essentiellement le fait de pouvoir se faufiler dans chaque recoin de tous les niveaux de ce deuxième volet. Styx : Shards of Darkness s’enrichit des nombreuses critiques que le premier opus a reçu de la part des fans pour proposer une formule plus plaisante à jouer.

Styx devient plus intuitif et plus mobile

Styx est un voleur comme un autre, il passe son temps à chaparder des gadgets, et la plupart du temps, des objets de valeur. Notre larron au dos voûté débute l’aventure sous les rayons livides d’une pleine lune, au cœur d’un repaire de mercenaires. Son but : dérober la fortune de ces brigands sans se faire attraper. Ici, vous aurez droit à un système de déplacements beaucoup plus fourni en termes de mouvements comparé au précédent opus. Styx est toujours capable de se suspendre aux corniches, se glisser dans des espaces serrés, ou encore user des gadgets malins. Mais il aura surtout une plus grande liberté de se déplacer contrairement à dans Master of Shadows.

Styx est donc désormais capable de s’accrocher à des cordes tendues ici et là dans les niveaux élevés. Une belle occasion pour profiter au mieux de la verticalité de l’environnement. Grâce à ces mêmes cordages, le gobelin peut aussi se balancer d’un endroit à un autre pour augmenter considérablement ses possibilités d’infiltration. Les éliminations furtives depuis les rebords deviennent aussi possible grâce à Cyanide qui vient remplacer le mouvement de déplacement entre deux angles de corniches. Au fur et à mesure que vous avancerez dans le jeu, Styx aura de plus en plus de possibilités de mouvements, selon ses points de compétences dans les cinq arbres de talents. Il y aura entre autre des meurtres à plus longue distance, des assassinats directs depuis une cachette, ou encore des aptitudes boostées du clone d’ambre.

Ce second volet Shards of Darkness possède d’ailleurs autant de niveaux à explorer pour vivre une expérience de jeu plus intense.

Styx-Shards-of-Darkness

L’incroyable talent de Styx

Comme je l’ai spécifié auparavant, le gobelin possède un arbre de talent à cinq branches : perception, furtivité, clonage, assassinat, alchimie et clonage. Un arbre revu en entier pour offrir un gameplay plus approfondi, plus fourni et bien plus stylé. A l’issue de chaque spécialisation, vous aurez à déverrouiller un talent spécial. Pour ce faire, il suffit de dépenser un cristal de Quartz et de récupérer des artefacts dans chaque niveau.

Styx : Shards of Darkness est tout simplement un pur jeu d’infiltration où on progresse réellement face aux ennemis.