Avis jeu : The evil Within

Pour les amateurs des scénarios plus sombres et des intrigues d’horreur, The Evil Within signifiant littéralement « Le Mal intérieur », connu au Japon sous le nom PsychoBreak, est un jeu vidéo d’horreur (survival horror) de tir à la troisième personne ou TPS.

Présentation du jeu The evil Within

Développé par Tango Gameworks et édité par Bethesda, ce jeu The evil Within est disponible sur PlayStation 3, PlayStation 4, Xbox 360, Xbox One et PC depuis octobre 2014. Le jeu s’est évolué à l’époque où les survival-horror à la troisième personne puisent aussi bien dans les bases de sa catégorie que dans les TPS popularisés des années 2000. Accéder au site officiel.

L’histoire reflète une enquête sur la scène d’un horrible carnage où le détective Sebastian Castellanos et ses partenaires vont faire face à une mystérieuse et puissante force. Sebastian a été témoin du massacre des autres officiers. Puis, il est pris en embuscade et assommé avant de se réveiller dans une pièce inquiétante. Il s’est retrouvé désarmé, blessé, accroché par les pieds et jaillissant de sang dans un monde insalubre où des affreuses créatures flânent entre les cadavres. Il doit combattre pour survivre et découvrir l’origine du mal en voyageant dans un univers terrifiant. Le but essentiel est de sortir la situation sans vous faire repérer. On n’a pas le droit à l’erreur sinon la mort pour votre détective. Au début, les contenus de l’aventure s’annoncent un peu obscures pour les joueurs, ce qui engendre parfois au joueur un sentiment d’insécurité permanent. Mais au fil du jeu, l’histoire prend petit à petit son élan et devient bien plus intéressante. Les scénarios montent en puissance pas comme ici.

The-Evil-Within-avis

Avis et critique sur le jeu

Côté durabilité, il faut compter 15 à 20 heures (en survie et un mode new game +) pour profiter d’une aventure maussade au cœur d’un scénario mystérieux avec The Evil Within. Le jeu permet de faire explorer une très grande variété d’environnements et des lieux explorés montrant chacun leurs codes : des étroits couloirs d’un asile abandonné, des passages dans un village… Malgré certaines insuffisances techniques assez remarquables, la réalisation est tout à fait plaisante grâce à l’ambiance malsaine. Elle est vraiment inspirée du cinéma d’horreur, sauf que les dialogues ne reflètent pas trop cela. Les combats contre les boss forment la partie la plus captivante de l’histoire, ils sont parfaitement stressants faisant davantage appel à vos neurones et à votre sang-froid.

Cependant, ce qui est agaçant, le framerate en dents de scie, pas toujours stable, est durement acceptable, qui n’évoque pas le titre même si les personnages et les éclairages sont réussis. Les environnements extérieurs manquent de légèreté, l’on note une grande répétition des scènes inutiles. Les ennemis sont au pathfinding raté. N’attendez pas non plus à bénéficier d’une option spéciale pour les détecter, vous ne pourrez que vous servir de vos yeux. En outre, il est impossible de choisir la VO. De plus, le temps de chargements est assez long.

La décoration est aussi un peu glauque. En qualité d’arme, le héros ne dispose pas assez de protection (limitée) pour faire face aux nombreux dangers qui le guettent.